Où va-t-on ?

Article : Où va-t-on ?
22 septembre 2013

Où va-t-on ?

 

visioncongo.com
visioncongo.com

 

En 2005 la course de chez moi, Kinanira, au centre ville, était à 150f et en septembre 2013 elle passe de 300f (officiellement 330F) à 350f !

Je sais que personne n’est en mesure de répondre à cette question et même le gouvernement. Il peut nous refaire le refrain érigé peut-être aujourd’hui en hymne « nous sommes pauvres ». Il peut nous faire comprendre qu’actuellement les matières premières sur le marché international se vendent non plus à prix d’or mais peut-être à prix de vie. Quand on essaie de survivre par tous les moyens (même en acceptant parfois la corruption) on peut se demander jusqu’à quand et à quel rythme les burundais serreront leurs ceintures ? Je sais, cher gouvernement que le Burundi est l’un des pays les plus pauvres du monde (une fierté et un honneur après plus de cinquante ans d’indépendance) et que le Burundi ne produit pas de pétrole, d’or, de diamants… mais enfin où va-t-on ?

Fraichement débarqué de « l’enfer doux francophone Niçois », j’ai tout de suite compris qu’aucun lieu de cet enfer, terre, ne brule plus qu’au Burundi. Pour cette fois, il ne s’agit pas de guerre. Mais nos francs qui réduisent en cendre. Tous les matins, le démon souffleur de pauvreté, attise le feu pour nous accabler de meilleurs des malheurs qui soient. Chaque jour c’est une nouvelle plaie. Une plaie qui verra le lendemain un couteau doublement tranchant la remuer d’avantage. Aujourd’hui, c’est le prix du transport en commun et demain qui sait ? Après une très longue dispute entre moi et le convoyeur de bus, j’ai cru avoir rêvé. À 350f la course mais depuis quand ? Depuis que j’etais absent ! À titre de comparaison, en 2005 la course était à 150f et en septembre 2013 elle passe de 300f à 350f ! Un jour viendra-t-il où ce démon souffleur de feu des malheurs se fatiguera ?

Partagez

Commentaires

nella
Répondre

C'est dommage mais que veux-tu?!nous avons des actes concrets qui feront aller cette Afrique de l'avt mais en attendant...

Alain Amrah Horutanga
Répondre

Attendant... souffrons?