Bujumbura: des accidentés voués à la mort

Article : Bujumbura: des accidentés voués à la mort
24 octobre 2013

Bujumbura: des accidentés voués à la mort

Un accident  un camion militaire, un vélo, une moto et une voiture-taxi
Un accident impliquant un camion militaire, un vélo, une moto et une voiture-taxi. il y avait deux personnes gravement blessées.
Le cycliste à l'agonie
Le cycliste à l’agonie

Si tout chemin mène à Rome ne pourrions-nous pas dire que tout accident de roulage, au Burundi, mène nécessairement à la mort?

Le camion militaire et le taxi  (voiture)
Le camion militaire et le taxi (voiture)

 

Les accidents de roulage au Burundi sont fréquents comme partout ailleurs mais le comble et  l’inadmissible dans notre pays ce sont ces personnes qui arrivent dans les hôpitaux directement dans les morgues. Sans compter les nombreux cas où les médecins des hôpitaux publics voient certains des accidentés mourir dans leurs mains par négligence ou intervention tardive, il y a aussi ceux qui meurent par manque de secours de la part des populations environnantes.

Est-ce un manque de compassion ? Une perte des valeurs d’entraide et de secours ?

Le premier acte, en cas d’accident au Burundi, est de se faire vider les poches. Un portable, quelques sommes d’argents voire même la disparition des papiers attestant l’identité qui sont là les butins des premiers arrivants au lieu de l’accident. Voilà les  premiers secours. Ensuite vient un attroupement qui n’aura pour rôle que constater les dégâts, établir les responsabilités, évaluer les dégâts oubliant que les accidentés saignant et baignant dans leur sang ont besoin d’un médecin. Quelle image de solidarité ? Le pire serait aussi d’aller dans un hôpital public parce que là la mort est assurée.

Des personnes indifférentes observent et passent
Des personnes indifférentes observent et passent

 

Ces images ont été prises en cachette après un accident de roulage. C’est un  accident impliquant un camion militaire qui a percuté une voiture-taxi, une mototaxi et un vélo-taxi.

Partagez

Commentaires