Ban Ki-Moon « Lorsqu’elle perd son mari, la femme ne devrait pas perdre ses droits »

Étiquettes
23 juin 2014

Ban Ki-Moon « Lorsqu’elle perd son mari, la femme ne devrait pas perdre ses droits »

La région des grands lacs a été celle où les plus graves crimes contre l’humanité se sont commis après la Deuxième Guerre Mondiale. Les guerres fratricides qui ont secoué tour à tour le Burundi, le Rwanda, la République Démocratique du Congo n’ont pas épargné la femme. Comme des millions de vies emportées, elles ont laissé derrière elles une désolation sans nom. Les plus graves séquelles qui ne peuvent malheureusement pas disparaitre du jour au lendemain font encore l’actualité dans cette région du monde (viol, massacre, bande armée…).

Ces guerres n’ont non seulement pas décimé des populations entières, mais elles ont aussi engendré d’autres populations condamnées à vivre avec une douleur presque éternelle. Elles ont donné naissance aux orphelins, aux veuves, aux séropositifs…

Au Burundi, la veuve mène une vie très précaire surtout dans les milieux ruraux (80% de la population burundaise vit dans la campagne). La femme burundaise ne peut hériter de la terre puisque c’est toujours la coutume qui régit les régimes matrimoniaux. La veuve, elle voit son malheur s’amplifier après la mort de son conjoint ne sachant pas à quelle porte frapper. Pire seraient des situations où elle n’avait pas conçu d’enfants, où les enfants seraient décédés. Cette date devrait amener plus d’un à réfléchir sur la question afin d’avoir plus ou moins une société égalitaire.

La journée du 23 juin est dédiée aux veuves. Elle célébrée depuis 2011 grâce à la première Dame du Gabon, Sylvia Bongo. Le Gabon a porté aux Nations Unies un projet de résolution qui a été adopté par l’Assemblée Générale des Nations- Unies le 21 décembre 2010. Par cette journée, la communauté internationale s’engage à accorder une attention particulière à la situation des veuves dans le monde

« Lorsqu’elle perd son mari, la femme ne devrait pas perdre ses droits Pourtant, 115 millions de veuves vivent dans la pauvreté et 81 millions ont été victimes de violences physiques. Les filles mariées à des hommes beaucoup plus âgés sont particulièrement vulnérables. » Ban Ki-Moon, Secrétaire général de l’ONU.

Partagez

Commentaires